HELLO, STRANGER: Valerie by Helena Vallée

Location: New York City

Work field: Leadership coach, educator and retreat leader, Principal of Lead Smart Coaching (www. leadsmartcoaching. com)

Activity: Concert at the Nicholas Roerich Museum, in the Upper West Side. This museum is a haven of peacefulness and beauty. A short opera was performed by a local ensemble.

 

“What drives me is faithfulness.  Not religious faith, but faithfulness to oneself, one's vision, and to share this with others. A willingness to be courageous enough to live in the world, to really and fully live, is an act of faithfulness. It’s easy to fall into despair and sentimentality, but with integrity and a sense of wholeness in our faithfulness, we can save the world.”

“Hope lies in being alive. Many people are walking dead people, and conform to what other people want. It is an act of wisdom, authenticity and wholeheartedness to be alive, to move through the world and not take this for granted. Choosing to be alive is a daily practice.”

 

Click here for more information on the project Hello, Stranger

HELLO, STRANGER : Martin by Helena Vallée

Place: New York City

Work field: Activist, writer at TheRules.org

Activity: Sunday morning meditation at Kadampa Meditation Center . It was a great place to take a break from the Manhattan madness,  breathe, and re-focus!

 

" Hope lies in human nature. Capitalism goes against the grain of human nature; it is focused almost exclusively on extrinsic, material values which are all about getting power and status for ourselves. By contrast, mature love, spiritual growth, a world of beauty... These are intrinsic, sometimes called"bigger than self" values. Everyone has them, and we find them inherently satisfying to pursue in our daily, intimate lives. But the system does not value them. It treats them as irrelevant and demands we all orient our lives around the selfish 'me me me' values. This is not true to human nature because it reduces us to only our desires to have and consume, and scoffs at things like empathy and care for others. Just look at how much advertising it takes to keep us dissatisfied enough with ourselves and our situation to be forever shopping!  And it's certainly not sustainable because it powers our endless need to extract from the earth, and each other.  If we can remember some of those intrinsic values at a societal level and reconnect them into the system, there is hope. "

"I strive to be the best, most effective person that I can be. To blossom in my own, authentic self is the best way that I can help others." 

 

Click here for more information on the project Hello, Stranger

HELLO, STRANGER: Marie-Hélène by Helena Vallée

Lieu de la rencontre: Café-Coop Touski, à Montréal.

Milieu de travail: Gestion de médicaments pour assurances collectives

Activité: Elle m'a invité à danser du Bollywood, sa passion,  dans un petit studio privé, et de découvrir une très jolie chorégraphie qu'elle a récemment crée. J'ai tenté de la suivre autant que possible! Son amour de la danse semblait s'étendre à la culture indienne en général, qu'elle explore en profondeur.

Je vous invite à la rencontrer à votre tour, par ces quelques extraits de notre conversation: 

« Je veux toujours tout savoir, c’est (la curiosité) qui me drive.

 J’adore lire et en apprendre sur d’autres perspectives, les voyages, la danse… (…) La danse a vraiment fait une grosse différence pour moi (dans la connexion à mon corps)… Quand j’étais petite je rêvais de devenir danseuse, mais à l’adolescence j’étais déjà ronde et me suis mise à me limiter. Maintenant je m’en fous. » 

 

« Je n’ai pas de plan à long terme. 

Je me demande est-ce que ca vaut la peine d’épargner pour ma retraite?...Est-ce qu’on va tous être morts d’ici 100 ans? Peut-être. Avec ce qui se passe aux États-Unis, je vois les choses d’un point de vue assez pessimiste.

Ce qui est un peu mon espoir (pour l'environnement) c’est que la technologie, petit à petit, peut améliorer les choses. Est-ce que c’est comme ça, au bout de découvertes, qu’on va arriver à du changement? Je l’espère. Mais à long terme je ne suis pas super optimiste, alors en attendant j’essaie de profiter de la vie, de faire tout ce que j’aime. D'être une bonne personne. » 

 

 

Cliquez ici pour plus d'informations sur le projet Hello, Stranger


 

Place: at the Café-Coop Touski, in Montreal. 

Work field: Group management in group insurance

Activity: Marie-Hélène introduced me to the Bollywood dance, her passion, in a studio nearby. She showed me a beautiful choreography that she had recently created, and I tried to follow her as best I could. Her love of the dance extended to a deep curiosity and love for indian culture. 

I invite you now to meet her through excerpts of our conversation: 

"I always want to learn everything. Curiosity drives me. 

I love to read and learn about different perspectives, to travel, to dance (...) Dance has helped me a lot (in connecting with my body). When I was a kid I wanted to become a dancer, but as a teenager, I was chubby and I started setting limits for myself. Now I don't care." 

"I don't have any long-term plans. 

I ask myself : Is it worth it to put something aside for my retirement? ...Will we all be gone in a 100 years? Maybe. With the current situation in the US,  I tend to see things in a pessimistic way.

My small hope (for the environment) is that technology does develop new, helpful tools.  Maybe through inventions, little by little, things will change... I hope so. But in a long-term vision, I am not very optimistic, so meanwhile, I try to enjoy life and do what I love. To be a good person."

 

Click here for more information on the project Hello, Stranger

 

HELLO, STRANGER : A drawing project by Helena Vallée

What I ask is a minimum of 2 hours: 1 hour pose for a drawing, and 1 hour ( or more) of sharing with me part of their daily life: a typical meal or typical activity (work-related or not). It can be very simple, like a walk to the local park, or very extravagant, as long as it represents the person and their daily reality.

In exchange for their willingness to participate in this experience, I offer them a print of the drawing, and a heavy dose of gratitude. 

Once a month, I will therefore meet someone I would otherwise, very probably, never would have met. I will post the resulting portrait drawing, as well as an insightful quote from the person. I will also explain what activity we did (where, for how long, why, etc.). 

If you would like to know more about the project, you can contact me at vda.helena@gmail.com

 

The US election has exposed to us a norm that can become a big social problem: people stay within their own circles, with like-minded people. Fear and anger grow easily against the things that are most unfamiliar to us.

In reaction to this, I wish to step out of my own little world, and draw the faces of Canadians and Americans of all horizons. Different ages, different cultures, different religions, different interests…

Those who might be my neighbours, in Montreal or New York, and whose personal missions I have yet to discover. Or others that come from further away; places I would not have visited if I was not to meet with them there.

In other words, I seek to draw the faces of strangers whom I would not have met in the course of my usual routine, in a quest to expand the boundaries of my own reality. 

DSC_0243.jpg

 

HELLO, STRANGER : Portraits d'étrangers

Le dénouement des élections américaines nous a confronté à une tendance normale qui peut devenir un grave problème social: nous demeurons dans un même cercle social, entourés des gens qui généralement partagent notre culture, nos valeurs et notre idéologie.  La peur et la violence naît plus facilement envers ce qui nous est méconnu, et qui sort de notre univers familier. 

En réaction à cette réalité, je mets en place un projet de dessin. J'aimerais sortir de mon propre cercle social,  et dessiner des portraits de Canadiens et d'Américains de tous les horizons. Rencontrer une variété d'âges, de cultures, de religions, d'intérêts...

Ceux qui pourraient être mes voisins, à Montréal ou New York, et dont j'ignore la mission personnelle et le mode de vie. Ou encore d'autres qui viennent d'un peu plus loin: des destinations où je ne serais jamais allée si je ne devais pas y rencontrer quelqu'un à dessiner.

Je demande donc un minimum de deux heures: une heure de pose pour dessiner un portrait, et une autre heure d'activité. L'idée est d'expérimenter le quotidien de la personne que je rencontre: ce peut être un repas typique de son quotidien, une activité qui fait partie de sa routine (en lien avec son travail, ou pas du tout). Quelque chose de très simple comme une marche dans le parc d'à côté, ou encore quelque chose de très extravagant. Tant que l'activité représente bien le quotidien de la personne que je rencontre. 

En échange de leur ouverture et de leur partage, j'offrirai aux  participants un imprimé de leur portrait dessiné, ainsi qu'une grande dose de gratitude.

Une fois par mois, donc, je rencontrerai quelqu'un qui, dans les circonstances habituelles, n'aurait probablement jamais croisé ma route. Je publierai le compte rendu de chaque rencontre: dessin, commentaire ou réponse issue de quelques questions posés à la personne, ainsi qu'une brève description de l'activité partagée. 

Si vous avez des questions en lien avec ce projet, vous pouvez m'écrire à vda.helena@gmail.com 

 

BANFF / NEW YORK by Helena Vallée

Je marche sur le Mont Sulphur.

 Je suis heureuse, fouettée par une brise froide et pure comme il n’en existe plus ailleurs; une brise qui envahit le corps partout à la fois le coeur en premier.

Je regarde l’horizon que m’offre mon podium après quelques heures de randonnée: des monts à perte de vue, une forêt sans fin. Des lacs, puis un village, pelade infectieuse au milieu des arbres.    Je coiffe de mon insignifiance un gigantesque amas de vie entrelacée, plus solide que l’ensemble de mes environnements passés, et pourtant déjà fragilisé. 

Ces montagnes qui portent tout sont mourantes comme nous.

Mes bottes de randonnée râpent le sentier de leurs crampons, ce sentier qui creuse le roc comme un long coup de couteau, griffure de la base au sommet que mes bottes empêchent de cicatriser. Si j’étais nu-pieds, la souffrance de la montagne me serait transférée.

Hélas, l’Homme se choisit toujours.

Je m’excuse donc, et poursuis mon chemin. 

Rendue au sommet, je me sens petite.

Ce paysage est la nature dans une liberté plus absolue que tout ce que je pourrais observer ailleurs. Les derniers retranchements d’un monde qui par défaut n’est plus absolument libre du tout. 

Ailleurs, le mal est fait. Le sol grouillant a été étouffé par le béton, partout, les maisons en rangées et les grattes-ciels. Les arbres sont des orphelins élus pour enjoliver des plates-bandes de fleurs qui à libre arbitre n’auraient jamais poussées là , des fleurs qui attendent des pollinisateurs qui ne viennent plus,  des fleurs cueillies ou mortes sans offrir de fruit, ce qui ne choque personne car le fruit est à l’épicerie.

Il paraît que progrès signifie avancer.  Alors avançons encore un peu pour survivre à nos désastres en concoctant de nouvelles façons de vivre aussi ergo-eco-tech que possible, seule issue d’une population qui ne cesse de croître sur une terre qui a tout donné.

La vraie solution est l’éducation. Puisque les enfants m’intimident (ils voient tant), je ne saurais m’impliquer significativement. Ma solution à moi, c’est la poésie. La peinture.

Un hommage à l’humanité dans ses médiums les plus usés et délicieux, j’offre à notre dégénérescence un baiser soufflé par un ancien amant, pas moins dégénéré que les autres. Comme on a chanté ses vieilles chansons à mon grand-père dans ses derniers moments. Mon grand-père avait ce charme d’une autre époque, une époque à laquelle j’aurais encore pu être séduite par l’expérience humaine. Une époque où les corps interagissaient par la chair et les regards,  sur des visages que la foule n’avait pas encore noyés. 

L’humain en tant qu’animal terrestre s’est déjà exprimé de façon exquise à travers le temps. Michel-Ange et De Vinci, Velazquez et Rembrandt, ne trouveront pas leurs égaux en peinture dans nos temps à venir.  La littérature répétera les mots de ceux qui les ont baptisés, et même le plus adroit écrivain demeurera l’étudiant de Balzac, Hugo et multiples Grands.

La musique de Chopin. Le cinéma de Chaplin. 

Shakespeare. 

La liste est impossible.

L’art du futur a pour seule ambition de soulager l’angoisse ou l’enthousiasme de ses auteurs en inspirant ses contemporains. Mais c’est vainement qu’il cherchera à revêtir les lauriers d’une Première Place. 

 L’humain en tant qu’animal technologique peut encore inventer, lui. Malheureusement, ou heureusement, je suis de la vieille école.

Et puis, je me trompe. Ce qu’on peut faire de mieux, ce n’est ni enseigner, ni créer: c’est aimer, évidemment, qui comprend les deux précédents et une foule d’autres verbes qui accélèrent notre pouls ou donnent la chair de poule. L’espoir de l’humanité n’a jamais été autre.

Aimez.

Et si vous avez besoin d'aide avec ça, faites-moi signe.

La Folie n'est peut-être pas un si mauvais guide.

La Folie Guidant l'Amour, 2016 Love and Madness, 2016

La Folie Guidant l'Amour, 2016

Love and Madness, 2016


I am hiking on Mount Sulphur.

I am happy. I breathe.  The wind is cold and pure.

I watch the horizon: countless mountains, lakes, trees; the gates of the forest are too far to see. Then, a village, infectious bald spot amidst the leaves.  My insignificance is standing atop an incredible network of life, the steadiest environment I have ever existed in. And yet, this place is not what it used to be. Like us, the mountain is dying.

My hiking boots are scratching the trail as I go. The trail appears to me as a long, serpentine knife wound, the place where nothing grows, maintained as such by my boots. Were I to take them off, the suffering of the mountain would become my own.

But of course, Man always comes first.

I apologize, and walk on.

Upon reaching the summit, I feel small.

This landscape represents one of the last wild places on earth.  Nature's retreating post.

Elsewhere, the ground is choked by pesticides and granite and houses and skyscrapers.  Silenced. Trees are orphans, selected to enhance the look of perfectly dead grass and flowerbeds, flowers without bees, flowers without fruits, an anomaly that disturbs no one as long as the fruit is in the grocery store.

Progress means stepping forward. So let's advance further and develop ways to stay afloat, new cocktails of science for our ever-growing population on a planet that has nothing left to give.

The best solution is education. Children intimidate me (they see so much), so my own solution is painting.

An ode to humanity in one of its oldest and most delicious mediums; a kiss from an ancient lover, a lover not less degenerate then his successors. 

Let's paint and remember the past, just like we've sung his old songs to my grandfather in his last moments.  He had the charm of another era, a time where I still, perhaps, could have been seduced by the human experience. A time when bodies interacted through flesh and glances, when faces had not yet disappeared into crowds and screens.

The human as an earthly creature has already expressed itself in exquisite ways. Michelangelo and Da Vinci, Velazquez and Rembrandt, will not find their master in times to come. Even the most talented writer will remain the student of Balzac, Hugo, and countless other Greats.

Chopin's music. Chaplin's cinema. Shakespeare. A list is impossible.

The art of tomorrow will continue to relieve its authors of their anxiety or enthusiasm while inspiring others, but it should not hope to be decorated by a first-position prize.

Sure, the human as a technological creature can still invent. Unfortunately, or fortunately, I come from the old school.

Also, I am wrong. The solution is not to educate or create: it is obviously to love, which encompasses both and so many other verbs that are the makers of joy and terror in any language. Humanity's salvation has never been other than this word. Love.

So if all that Madness guides Love, then let us close our eyes, and hope it knows the way.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux vernissages: Possibilités et Réalisme Contemporain by Helena Vallée

Possibilités: Art & Économie

Cette semaine a vu l'échéance d'un projet créé avec mon amie Clara Dallaire-Fortier: une rencontre entre l'art et l'économie. Depuis une idée lancée entre nous il y a quelques mois, une discussion a été entamée entre 7 penseurs en économie alternative et 7 artistes. Un groupe aux discours variés, de tous âges, de tous milieux.   L'idée était de vulgariser, en images et en expérience artistique, des concepts et des réflexions d'économie sociale.  Les oeuvres et les textes présentés offraient donc une plateforme de discussion sur des sujets à caractère humain, présentés dans une perspective économique. L'aspect social de l'économie est souvent ignoré des discours dominants, qui se reposent sur un système de lois plutôt verrouillé: c'est pourquoi nous souhaitions présenter à la population une vision de l'économie plus accessible.  Possibilités était une invitation à prendre une position éclairée et pro-active au sein d'un système économique duquel on ne peut se soustraire. 

Avec Clara, étudiante en économie, nous formions le septième binôme. Présente sur les lieux de l'exposition, j'invitais les visiteurs à prendre place dans un mur de visages: des portraits croqués sur le vif pour célébrer le pluralisme. Les 10-11-12 août, j'ai dessiné une trentaine de portraits des visiteurs du Forum, des esquisses d'environ 5 minutes sur des billets canadiens, un Portefeuille Collectif, pour suggérer une ré-appropriation de l'économie. J'ai adoré établir un contact et entrer en communication avec autant de gens fascinants. 

Tous ceux qui aimeraient se joindre à la discussion sur l'économie hétérodoxe peuvent consulter la plateforme Main Visible. 

Le projet sera exposé à nouveau lors du Forum Mondial sur l'Économie Sociale (GSEF 2016) à la SAT (Société des Arts Technologiques).

Merci à tous les participants, ainsi qu'aux visiteurs!

Présentation du projet lors du vernissage, avec le commissaire de l'exposition Ianik Marcil, en haut à droite.

Présentation du projet lors du vernissage, avec le commissaire de l'exposition Ianik Marcil, en haut à droite.

En train de dessiner mon père! Derrière moi, on peut apercevoir un grand pan de tissu blanc: difficile à photographier, il s'agit de l'oeuvre de Calamity Valentine: une broderie fil blanc sur tissu blanc, illustrant avec finesse le travail invisible des femmes. Accompagné d'un texte articulé par le père de l'artiste, l'économiste Yves-Marie Abraham, c'est une oeuvre qu'il faut apprécier en temps réel!  (Venez donc la voir au GSEF en septembre !) 

En train de dessiner mon père! Derrière moi, on peut apercevoir un grand pan de tissu blanc: difficile à photographier, il s'agit de l'oeuvre de Calamity Valentine: une broderie fil blanc sur tissu blanc, illustrant avec finesse le travail invisible des femmes. Accompagné d'un texte articulé par le père de l'artiste, l'économiste Yves-Marie Abraham, c'est une oeuvre qu'il faut apprécier en temps réel!  (Venez donc la voir au GSEF en septembre !) 

Portefeuille Collectif, compilation des visages esquissés sur place.

Portefeuille Collectif, compilation des visages esquissés sur place.

Résurgences, l'oeuvre de Robert Fortier sur l'économie des communs, en collaboration avec l'économiste Margie Mendell

Résurgences, l'oeuvre de Robert Fortier sur l'économie des communs, en collaboration avec l'économiste Margie Mendell

L'oeuvre d'Ivanhoë Fortier sur la Dette, en collaboration avec Audrey Laurin-Lamothe. On aperçoit derrière l'oeuvre de Caroline Moreau sur l'économie écologique, constituée entièrement de collants à fruits, en collaboration avec Jérôme Dupras. 

L'oeuvre d'Ivanhoë Fortier sur la Dette, en collaboration avec Audrey Laurin-Lamothe. On aperçoit derrière l'oeuvre de Caroline Moreau sur l'économie écologique, constituée entièrement de collants à fruits, en collaboration avec Jérôme Dupras. 

Le puzzle interactif d'Ian Langohr, illustrant l'économie comportementale, en collaboration avec l'économiste Chris Barrington-Leigh.

Le puzzle interactif d'Ian Langohr, illustrant l'économie comportementale, en collaboration avec l'économiste Chris Barrington-Leigh.

 L'oeuvre de Camille Lefebvre dans le cadre de Possibilités. La peinture, accompagnée du néon, illustraient l'économie marxiste en interaction avec un texte de Mathieu Dufour. 

 L'oeuvre de Camille Lefebvre dans le cadre de Possibilités. La peinture, accompagnée du néon, illustraient l'économie marxiste en interaction avec un texte de Mathieu Dufour. 


Réalisme Contemporain

Le 12 août dernier, c'était aussi le vernissage de mon exposition solo de dessins, à la Salle Alphonse-Desjardins de  Mont-Tremblant! Les seize dessins sont issus de mes études à l'Angel Academy of Art de Florence, au Studio Escalier en France, ainsi qu'au Grand Central Atelier de New York. Merci à tous les gens présents :)

Voici quelques photos de l'évènement. 

Possibilités: une rencontre entre l'art et l'économie by Helena Vallée

 

De mai à août 2016, un projet prend place. Ceci est un appel de dossiers pour artistes, mais aussi un appel à tous ceux qui souhaitent s'impliquer, en présence ou en partage, dans cette discussion indispensable sur nos possibilités économiques.

«Possibilités » est un projet d’exposition, nourrit par un dialogue entre l’art et l’économie. À l’échéance de ce dialogue, des oeuvres inspirées par la diversité des concepts économiques seront exposées. Ces concepts repoussent la morosité des discours néoclassique et néolibéral dominants.

L’idée est de créer des rencontres créatrices entre huit spécialistes de l’économie et autant d’artistes. Le fruit de chaque rencontre incubatrice, l’essai et l’oeuvre, est un appel à la population pour une conception plus humaine, écologique et diversifié de l’économie. Ces penseurs économiques tiennent un discours qui permet d’élargir la conscience collective sur des possibilités d’organiser notre société autrement. Ainsi, les idées passent par une volonté de définir différemment la productivité, d’encourager l’économie sociale, et d’inciter le spectateur à se questionner sur une discipline dont il ne peut se soustraire. 

Le public citoyen est au cœur de l’évènement: il est invité à se joindre à un mouvement collectif pour repenser l’économie. Les créations doivent être accessible au public et idéalement se prêter à une interaction. Elles peuvent prendre différentes formes: peinture, installation, sculpture, impression, photographie, vidéo, performance, etc. 

Le résultat de ce travail collaboratif sera présenté lors du Forum Social Mondial, en août 2016 à Montréal. De plus, les œuvres et les courts essais seront partagés sur la plateforme Main Visible, lieu d’information et de partage en ligne pour l’économie pluraliste.

Implications

•Être un artiste en art visuel dont la démarche comporte des considérations sociales et économiques

• Être disponible pour s’impliquer lors de rencontres (2 à 4 rencontres économiste/artiste) entre juin et juillet 2016

• L’oeuvre et l’essai doivent être complétés pour le 30 juillet.

• (Idéalement) Être disponible lors du vernissage qui aura lieu dans le cadre du Forum Social Mondial les 9-15 août prochains

Pour soumettre votre candidature, envoyez votre portfolio (maximum de 5 images), accompagné d’un texte de présentation (maximum 1 page). Le texte doit présenter votre travail, votre point de vue de l’économie actuelle, ainsi l’approche qui vous permettrait de vulgariser votre message au public.

 

Veuillez nous faire parvenir votre application par courriel à info.possibilites@gmail.com d’ici le 25 mai 2015.

Clara Dallaire-Fortier et Helena Vallée-Dallaire

_____________________________________

Clara Dallaire-Fortier détient un baccalauréat en Économie de l'Université McGill. Ses intérêts de recherche incluent l'économie écologique, l'économie sociale et l'histoire non occidentale. Au cours des dernières années, elle a travaillé dans différents milieux régionaux et s'est impliquée dans des groupes visant à diversifier la discussion économique. Notamment, en 2015, elle met en place la plateforme Main Visible, un espace de discussion plurielle et de démocratisation de l'économique.  

Clara Dallaire-Fortier détient un baccalauréat en Économie de l'Université McGill. Ses intérêts de recherche incluent l'économie écologique, l'économie sociale et l'histoire non occidentale. Au cours des dernières années, elle a travaillé dans différents milieux régionaux et s'est impliquée dans des groupes visant à diversifier la discussion économique. Notamment, en 2015, elle met en place la plateforme Main Visible, un espace de discussion plurielle et de démocratisation de l'économique.  

_____________________________________

Helena Vallée Dallaire est une artiste en art visuel et auteur de ce blog. Elle a étudié l'art classique au Grand Central Atelier de New York, à l'Angel Academy of Art de Florence, ainsi qu'au Studio Escalier en France. À travers sa pratique,et en parallèle à celle-ci, elle encourage la diversité d'opinions et la fusion interdisciplinaire. Elle est récipiendaire de plusieurs prix et bourses principalement en art figuratif, ainsi qu'en art féministe et en leadership.   

Helena Vallée Dallaire est une artiste en art visuel et auteur de ce blog. Elle a étudié l'art classique au Grand Central Atelier de New York, à l'Angel Academy of Art de Florence, ainsi qu'au Studio Escalier en France. À travers sa pratique,et en parallèle à celle-ci, elle encourage la diversité d'opinions et la fusion interdisciplinaire. Elle est récipiendaire de plusieurs prix et bourses principalement en art figuratif, ainsi qu'en art féministe et en leadership. 

 

Transgenres: Acceptation et beauté by Helena Vallée

Two-Spirit, 2016, huile sur lin. La large cicatrice du bras découvert est celle suivant une phalloplastie, environ deux mois après l'opération. 

Two-Spirit, 2016, huile sur lin. La large cicatrice du bras découvert est celle suivant une phalloplastie, environ deux mois après l'opération. 

Les statistiques suivantes, suite à des études dans différentes régions du monde,  sont alarmantes *:

  • 78% des personnes trans rapportent avoir été victimes de harcèlement verbal.
  • 70% ont déjà pensé au suicide et entre 33% y ont déjà eu recours.
  • Seulement 56% de la population en général croit qu’il y a une différence entre l’orientation sexuelle et l'identité de genre
  • 16% de la population en général croit qu’être trans c’est mal

On ne choisit pas plus son orientation sexuelle que son identité de genre. Que l'on ressente certitude ou confusion quant à ce qui nous attire, ou quant à ce que l'on est, la réponse est instinctive et se forge en nous. Peu importe ce qu'on a entre les jambes, on est attiré par un sexe, ou par l'autre, ou par les deux; peu importe ce qu'on a entre les jambes ET peu importe notre orientation sexuelle, on s'identifie en tant qu'homme, femme, ou les deux. 

1% de la population ressent un inconfort face à son genre. 1 personne sur 4000 suivra des traitements hormonaux en lien avec cet inconfort, et 1 personne sur 6000 effectuera une transition pour vivre entièrement dans le sexe de son choix*. 

Suivant la tendance des artistes, je suis en constante recherche de beauté. La beauté humaine est malheureusement reliée à un esthétisme défini par les bassins culturels de chaque société, un esthétisme de surface, aussi plastique que les poupées qui l'inspirent, aussi inconsistant que les publications qui le répandent. 

Avec ma série Bonnes à Marier, j'explorais les canons de beautés de tribus éloignées, pour confronter nos yeux occidentaux à d'autre façons d'être belles, souvent, ici comme ailleurs, au détriment de la santé ou de la liberté du corps. 

Avec A Woman No More, je ne dénonce rien: je célèbre. Je célèbre le courage d'un jeune transgenre qui n'a pas peur des statistiques, car il sait qu'elles ne sont là que pour être changées.  Je célèbre la beauté d'un être humain qui a suivi sa tête et son coeur jusqu'au changement de sexe, pour simplement être mieux, être entier, être soi. 

Vouloir être bien dans sa peau... C'est tellement normal, vous ne trouvez pas? 

Ce qui est extraordinaire, c'est d'en braver les obstacles.

 

*Source des statistiques: Aide aux Trans du Quebec (www.atq1980.org)

Cours de dessin dans les Jardins by Helena Vallée

Thinking of thee (détail), huile sur toile, 2013

Thinking of thee (détail), huile sur toile, 2013

Wendy, graphite sur papier, 2016

Wendy, graphite sur papier, 2016

La tradition de l’art figuratif, dans ses racines tant occidentales qu’orientales, est née d’une attentive observation de la nature. Apprendre le dessin dans un Jardin renforce selon moi notre sensibilité à créer... et notre envie de créer!

Si un dessin semble sortir de la page, c'est que son auteur a su traduire et résumer sur une surface plane l'immense quantité d'information recueillie par son oeil. C'est là le principe du "dessin sculptural".

J'offrirai un cours qui explique des concepts appris dans des Ateliers et Académies des Beaux-arts en France, à Florence et à New York,  à partir du vivant au printemps 2016, au Jardin Botanique de Montréal.

Exercices et démonstrations à partir du modèle vivant (habillé légèrement) et de la flore du jardin (modèle humain et modèle végétal à parts égales).

Un cours d'introduction en deux jours sera offert au printemps 2016 les 14-15 Mai 

Samedi et dimanche de 10h00 à 16h00 (avec pause de 12h30 à 13h00), 130$

Pour informations additionnelles et inscriptions, merci de me contacter à vda.helena@gmail.com

Portrait d'une artiste: Sarah Marie Lacy et le Drawing Room Studio by Helena Vallée

Sarah est une artiste, passionnée et pétillante, rencontrée au Studio Escalier en 2012. Ses oeuvres, toutes réalisées à partir de la vie, expriment à la fois la délicatesse et la richesse du corps humain: chaque trait de crayon ou coup de pinceau est tissé d'une savoureuse plénitude.  Je vous invite à visiter son site web en cliquant ici

Localisée à Ottawa, Sarah a fondé en 2015 le Drawing Room Studio, un lieu de création commune à partir du modèle vivant. L'endroit où pose le modèle est spacieux, et équipé d'une variété de drapés et coussins. La taille du groupe est limitée à 7-8 personne afin que chaque artiste aie un point de vue intéressant, et les poses sont longues de plusieurs heures. Le studio est illuminé de façon a recréer une lumière venant du nord, à l'aide de 5000 lumières Kelvin au-dessus de la zone de travail, et un autre spot lumineux pour le modèle. Voici le site web du studio: http://www.thedrawingroomstudio.ca

__________________

I met Sarah, a brilliant and passionate artist, at the Studio Escalier in 2012. Her works, which are done from life, show all the delicacy and richness of the human body ; each stroke of paint or pencil line is the weaver of a luscious fullness. Visit her website here

Located in Ottawa, Sarah founded in 2015 the Drawing Room Studio, a creative space for artists to work from the model. The studio only focuses on long poses, and can welcome a group of 7-8 people at a time, which allows each artist to have a great view of the model. There is a large, fully equipped model stand with different furniture and cushions and drapery. Also, the space is lit to be like a north light studio - 5000 Kelvin lights over the working area with as close to full colour spectrum as possible, and a matching spotlight for the model. The following is the studio website: http://www.thedrawingroomstudio.ca

Doreen, by Sarah Marie Lacy, selected as top 30 finalist in the Kingston Prize

Doreen, by Sarah Marie Lacy, selected as top 30 finalist in the Kingston Prize



Montage de l'exposition Bonnes à Marier by Helena Vallée

Le montage de l'exposition Bonnes à Marier a eu lieu hier, et tout est maintenant prêt pour le vernissage, ce dimanche 6 décembre 2015. L'exposition consiste en trois salles pleines d'oeuvres différentes: la série Bonnes à Marier, mais aussi "Thinking Of Thee", "It Takes a Woman", "Where You'll Find Me", "Gerens Exoticis", "Écoute-moi", "Apparition"  et "Labyrinthe", en plus d'une sélection d'estampes et de dessins. Le montage s'est très bien déroulé, dans le décor de la Maison Villebon, dans le vieux Beloeil face à la rivière Richelieu. Mes toiles seront exposées jusqu'au 10 janvier 2016.  

Je remercie la Maison de la Culture Villebon de Beloeil pour leur accueil et leur support dans le cadre de cet évènement. 



Portrait d'une artiste: Isabelle Chouinard by Helena Vallée

Depuis 2011, je suis plongée dans le milieu de l'art contemporain réaliste. Celui-ci comprend des artistes figuratifs intéressés par les techniques et principes des Grands Maîtres de jadis, pour les incorporer à leurs oeuvres actuelles,   et regorge de créateurs aux regards aussi différents que fascinants. Je vais profiter de ce blog pour présenter les oeuvres de certains d'entre eux. 

Voici aujourd'hui les oeuvres d'Isabelle Chouinard, une artiste originaire de Montréal mais établie à Sydney, en Australie, depuis plusieurs années. Je l'ai rencontrée au Studio Escalier  à l'été 2012, et ai suivi l'évolution de ses oeuvres depuis, qui captent le vivant avec vibrance et douceur. Elle crée de magnifiques natures mortes, portraits, études de lumière (poster studies), paysages...Je partage ci-dessous deux toiles issues de son site web, une nature morte que j'aime particulièrement et un portrait de... moi! j'ai posé pour elle à Montréal en 2015: 

Cepis et olei, par Isabelle Chouinard

Cepis et olei, par Isabelle Chouinard

Tourbillon d'Azur, par Isabelle Chouinard

Tourbillon d'Azur, par Isabelle Chouinard




Grand Central Atelier by Helena Vallée

Voici quelques images issues de mes études au Grand Central Atelier à New York:



Illusions perdues by Helena Vallée

Mon oeuvre la plus ambitieuse à ce jour ... est maintenant complétée! On peut la voir en page d'accueil du site, et des photos de détail en cliquant sous la catégorie "art". 

illusionsdetail1.jpg

Le concept pour la toile est né d'une confrontation entre mes valeurs et les accommodements nécessaires auxquels les artistes doivent se plier pour bâtir une carrière. Je pose une question ouverte sur la route idéale d'un créateur: soit d'exposer sa vision de la vérité, fidèle aux plus beaux principes de l'Art, ou d'adhérer aux mécanismes d'une société pragmatique plutôt que spirituelle. Une société qui par définition dépend de la communion d'une masse d'individus à travers un roulement économique, alors que l'aspiration d'un artiste est plus souvent, paradoxalement, la communion d'âmes individuelles à travers une pause momentanée du roulement de la masse. D'où le désillusionnement. Ce débat intérieur est un thème exploré dans le roman d'Honoré de Balzac du même titre, source d'inspiration additionnelle.

J'ignore qui regardera la toile pour y trouver cette réflexion, et d'ailleurs, à quoi ça sert d'y trouver cette réflexion? ......Elle n'est pas nécessaire pour apprécier le résultat (j'espère...!) mais elle en a motivé la naissance. J'aimerais tant peindre pour peindre. Juste parce que c'est l'fun! Mais quand on s'y met de 9 heures le matin à trois heures le lendemain,  en oubliant de boire de l'eau en temps de canicule, ça devient complètement obsédant. Je n'apprécie l'art que depuis une dizaine d'années, non pas depuis mes jours de morve à quatre pattes, comme tant d'autres passionnés.  Mais j'ai été happée, et d'aplomb. Maintenant, je vous remercie simplement de porter vos yeux sur des images décortiquées par les les miens des semaines durant, une composition qui existe, oui, je vous le dis, un peu pour réfléchir, mais surtout, beaucoup pour rêver!